La Bolivie se donne une nouvelle Constitution

La Bolivie se donne une nouvelle Constitution

Le 7 février 2009, la Bolivie a promulgué sa nouvelle Constitution, qui avait été adoptée par une forte majorité de Boliviens quelques jours plus tôt.

Cet événement marque une nouvelle étape d'une lutte, menée depuis de nombreuses années, en faveur du contrôle par le peuple des ressources naturelles, de la reconnaissance des droits des peuples indigènes, de justice sociale et d’une nouvelle démocratie pour tous.

Les dispositions proposées par le gouvernement bolivien visant à limiter la taille maximale des propriétés agricoles ont également été adoptées, ce qui témoigne de l'aspiration du peuple bolivien à une réforme agraire qui devrait bénéficier aux couches les plus pauvres du pays.

Lors du Forum Social Mondial à Belém, le président bolivien Evo Morales a déclaré que la nouvelle Constitution constitue un verrou qu’un peuple conscient a installé pour empêcher le retour du libéralisme et des politiques réactionnaires, défendues encore aujourd'hui par les classes dominantes.

Dorénavant, la voie est dégagée pour la refondation d'un Etat dominé jusqu'il y a peu par une oligarchie raciste et xénophobe qui, d’ailleurs, n'a renoncé à sa volonté de renverser le gouvernement démocratique et de séparer le pays.

Le Parti de la Gauche Européenne exprime sa solidarité avec le peuple bolivien et réaffirme sa volonté de soutenir les forces progressistes de ce pays dans leurs batailles futures pour un nouvel ordre international, marqué par la justice et la coopération.

La GE se félicite des positions des pays membres de l'Union des nations du Sud (UNASUR), qui ont apporté leur solidarité au gouvernement démocratique de la Bolivie, et qui se sont opposés à toute tentative de Coup d'Etat ou de séparation du pays.