COMMUNIQUE DU PGE SUR L’ACCORD DE PAIX FINAL EN COLOMBIE

COMMUNIQUE DU PGE SUR L’ACCORD DE PAIX FINAL EN COLOMBIE

Le Parti de la Gauche Européenne exprime sa joie à l’occasion de la signature, à La Havane à Cuba, le 24 août 2016, après des affrontements durant plus de 50 ans et après quatre longues années de négociations, de "l'Accord final pour la fin du conflit et la construction d'une paix stable et durable" entre les FARC-EP et le Gouvernement de Colombie.

 

Nous voulons aussi saluer le rôle de celles et ceux qui ont été les architectes de cet accord après la première réunion à la table des négociations le 18 octobre 2012 dans la ville d'Oslo et le rôle vital de Cuba et de la Norvège en tant que pays garants, ainsi que du Venezuela et du Chili comme pays accompagnants.

 

La mise en œuvre de cet accord historique, qui doit être ratifié par le referendum qui aura lieu en Colombie en octobre, en plus de la construction de la paix et la réconciliation nationale, aura pour principal bénéficiaire le peuple Colombien. Cet accord entre le Gouvernement et les FARC doit trouver une application dans la société, en particulier dans ses secteurs organisés, pour avoir un effet positif dans sa mise en œuvre immédiate. Dans le même temps, le démantèlement des forces paramilitaires et la neutralisation de ses complices dans l'appareil de l'Etat est en cours.

 

L'accord final porte une attention particulière aux droits fondamentaux de tous les groupes sociaux vulnérables, à la propriété foncière et à sa répartition, à la lutte contre tous les facteurs d’exclusion sociale de la paysannerie et au retard des communautés rurales, qui affectent particulièrement les femmes, les enfants et qui concernent le développement et le bien être territorial.

 

Dans l'accord, il y a également 6 points vitaux, comme la Réforme Rurale Intégrale, la participation politique avec une ouverture démocratique pour construire la paix, le cessez-le-feu définitif, la fin des hostilités bilatérales et l'abandon des armes, une proposition de solution au problème de la drogue, un accord global dédié aux victimes, et les procédures pour appliquer l'accord par le biais d'une Commission de mise en œuvre et de suivi.

 

Le PGE espère vivement qu'avec l'autre formation de guérilla, l'ELN, il pourra également se conclure un accord positif qui aide à la construction de la paix.

 

La transformation des FARC en un Mouvement va certainement aider à l’émergence d'un projet de cette gauche forte qui sera capable, en peu de temps, de construire, à partir des rues et des urnes, un nouveau pays avec l'être humain comme point central.

 

Maite Mola

PGE International